COVID ET INSTALLATIONS DE VENTILATION ET DE TRAITEMENT D’AIR : repartons de la QAI (Qualité d’Air Intérieur) !

Ces derniers jours, nous avons beaucoup parlé du rôle des systèmes de climatisation et de ventilation pour combattre, ou inversement, propager le virus du Covid-19.

Malheureusement, jusqu’à présent, les informations fournies par les médias ont souvent été confuses et incorrectes, allant même jusqu’à proposer des solutions extrêmes telles que l’arrêt des installations.

Une chose est pourtant certaine, cette urgence place tous les acteurs du secteur de la construction face à une responsabilité très claire, celle de créer des systèmes HVAC capables de garantir véritablement une excellente qualité d’air intérieur et donc un effet positif sur la santé.

Et lorsque nous parlons d’ «acteurs du secteur», nous entendons non seulement les concepteurs de systèmes mais tout le processus décisionnel, donc le législateur, les clients, les architectes, les entreprises de construction.

Comme nous le savons tous, ces dernières années, dans tous les projets de construction neufs et rénovation, la QAI a toujours été sacrifiée au profit d’autres aspects considérés à tort comme plus importants, tels que la réduction au minimum de l’espace disponible pour les installations et la réduction des coûts de l’installation.

Le moment est maintenant venu de confier aux systèmes HVAC leur mission, non seulement de contrôler la température, mais aussi et surtout de rendre les lieux où nous passons notre vie plus sains.

La solution n’est évidemment pas de développer des systèmes “miniatures”, comme l’a proposé un célèbre architecte dans une lettre ouverte au Président Italien, ou d’utiliser des systèmes de purification de l’air plus ou moins fiables.

Au contraire, il est nécessaire de concevoir les immeubles de bureaux “autour” des installations HVAC qui doivent jouer un rôle central pour assurer la santé des personnes. Pour ce faire, certains concepts qui sont à la base d’une planification correcte doivent être clairs.

Tout d’abord, un système de ventilation et de climatisation doit introduire de l’air extérieur dans les pièces, non seulement correctement filtré mais également avec un débit beaucoup plus élevé que celui actuellement utilisé. Pour diluer tous les contaminants intérieurs, il est désormais établi que les 40 m3 / h classiques par personne ne suffisent pas et devraient être au moins le double.

Mais cela n’est pas tout: il est également essentiel d’assurer un “lavage” correct de l’air ambiant en positionnant les points d’entrée et d’extraction qui permettent d’éliminer efficacement les particules et les virus, au lieu de les laisser en suspension dans l’air.

Tout cela n’est pas nouveau pour ceux qui s’occupent de la conception des bâtiments hospitaliers, où la santé humaine est la priorité: il suffit de penser aux systèmes de diffusion adoptés pour les environnements tels que les salles d’opération, les thérapies intensives ou les services pour les personnes immunodéficientes, dans lesquels ils cherchent à créer des flux laminaires.

Mais c’est un concept qui s’applique également depuis des années à l’étranger dans les bureaux, pour lequel il est possible d’adopter des systèmes « tout air » basés sur la diffusion par déplacement, avec refoulement par le bas et récupération par le haut, éventuellement combinés avec des systèmes radiants placés au plafond.

Qu’est-ce qui a limité l’adoption de ces solutions dans notre pays ? Le coût d’investissement plus élevé et l’espace requis pour l’équipement et les gaines de diffusion, ce qui se traduit également par une perte économique pour l’investisseur.

Est-il possible de changer cette mentalité qui a jusqu’ici placé les revenus avant la santé des personnes ? Avec l’urgence Covid-19, peut-être que c’est maintenant le bon moment.

Chez SagiCofim, qui avons toujours proposé des solutions permettant de construire ce type de système, nous sommes le partenaire idéal pour ceux qui se sentent responsables de ce changement. Et nous voulons saisir cette occasion pour lancer une proposition : pourquoi ne pas mettre en place un système de certification garanti de la qualité de l’air intérieur ?

Condizioni generali di vendita

Condizioni generali di acquisto

General Conditions of Purchase